‹‹ La flotte de guerre panafricaine peut être lancée par le Mali et la Guinée dans le Golf de Guinée ›› : Docteur Franklin Nyamsi

Le philosophe panafricaniste Franklin Nyamsi, à travers sa page facebook, fait l’annonce d’une urgence signalée par les SRA ( Services de Communication de la Résistance Africaine). Il s’agit d’‹‹une flotte de guerre panafricaine››.

‹‹ Les terroristes et leurs maîtres impérialistes convoitent le Golfe de Guinée après avoir déstabilisé la Libye et le Sahel. Il y a urgence de les anticiper et de les court-circuiter ››, explique Franklin Nyamsi dans son message publié sur facebook.

Une flotte panafricaine de guerre

Ensuite, Franklin Nyamsi fait une importante suggestion pour la sécurisation du Golf de Guinée, réputé pour être une zone immensément riche en Afrique. ‹‹ Je suggère d’ores et déjà à la Guinée et au Mali de co-financer une flotte de guerre de haut niveau dans le Golfe de Guinée, afin de protéger leurs approvisionnements maritimes et la sécurité de l’océan Atlantique. Les monnaies nationales guinéenne et malienne et les ressources naturelles faramineuses de ces pays leur permettront de payer en roubles-or ou en yuan-or, l’essentiel de la flotte de guerre et de la formation de leur marine panafricaine auprès de la Russie et de la Chine ››.

Propager le message lors des « conférences publiques »
Pour que sa suggestion soit davantage connue par les masses populaires, Franklin Nyamsi projette des conférences publiques. ‹‹ Lors de mes prochaines visites au Mali et en Guinée, je défendrai des projets panafricains de cette dimension dans mes conférences publiques ››, avance le philosophe conférencier.

Poursuite du projet par de futurs gouvernements panafricains

Enfin, le docteur Franklin Nyamsi suggère à nouveau la poursuite de ce salvateur projet à d’autre pays africains, dans le cadre de l’unité africaine. ‹‹ De même, lorsque des gouvernements authentiquement panafricains siégeront au Cameroun, au Gabon, en Guinée équatoriale, au Congo, au Nigeria, au Tchad , en Centrafrique ou à Sao Tomé en Afrique centrale ; ils pourront co-financer avec les gouvernements panafricains d’Afrique de l’Ouest cette flotte de guerre ››, conclut le panafricaniste.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.