Sur l’esclavage et l’impérialisme en Amérique

Quand on essaie d’analyser l’historiographie américaine depuis 1492, et le rapports avec les noirs du continent africain, on a souvent tendance à regarder cette histoire à travers une grille de lecture des « noirs esclavagisés » ou des noirs (en tant qu’allogènes) qui se sont retrouvés sur un continent qui leur était inconnu suite à la traite négrière.

L’auteur wolof Pathé Diagne nous aide à déconstruire cette vision à travers son ouvrage « Bakari II et Cristophe Colomb : A la rencontre de Tarana ou l’Amérique  » , décrivant sciemment comment la présence des noirs du continent africain a pu voir le jour en Amérique avant même l’arrivée des colonialistes indo-européens.

L’université de Sankore dans l’Empire Manden.

Même le savant feu Cheikh Anta Diop (1923-1986) l’a affirmé à travers ses recherches. Il y eut des contacts entre les populations indigènes du continent appelé « Amérique » et les Noirs du continent africain, notamment avec les Manden Kurufa (plus connu sous le nom d’Empire du Mali). Cependant, face à cette rencontre civilisationnel, il n’y a pas eu d’imposition ou une logique coloniale, mais un échange réciproque sur le plan commercial. Il existe aujourd’hui une historiographie « moderne » qui traite de la relation des Noirs avec le continent d’outre-mer comme une relation uniquement d’esclaves. L’esclavage n’a été que la conséquence d’une pénétration coloniale de la civilisation indo-européenne (il faut souligner que le colonialisme d’origine européenne a été soutenu par des minorités gouvernementales à la tête de certains Royaumes et Empires d’Europe, jamais ou rarement par les peuples), qui pour maintenir sa suprématie enracinée et faire avancer la métropole, elle avait besoin d’une main-d’œuvre. Le sort des esclaves appartenait aussi bien aux Noirs qu’aux peuples indigènes du continent d’outre-mer. Cependant, il ne faut pas occulter qu’il y avait aussi parmi les « catégories ethniques d’esclaves» , ceux qui profitaient de l’esclavage, presque toujours pour maintenir leur prospérité individuelle, tout en restant subordonnés au maître capitaliste caucasien. [Introduction de Farafín Sandouno]

L’esclavage et l’impérialisme en Amérique

Par Federico Moffa

Malcolm X.

« Vous n’êtes pas censé être si aveugle avec le patriotisme que vous ne puissiez voir la réalité en face. Ce qui est mauvais est mauvais, peu importe celui qui le fait ou le dit. » Malcolm X

L’esclavage et l’impérialisme en Amérique : les nuances historiques

Il est reconnu dans le monde entier que des Africains ont été importés et réduits en esclavage dans les Amériques depuis la supposée « découverte de l’Amérique » en 1492. Cependant, le récit évite souvent d’évoquer la multiplicité des nuances de l’époque, en fait même si la loi prévoyait pour l’Africain en tant qu’esclave, il existe un certain nombre de situations parallèles évidentes dans lesquelles la situation était tout à fait différente. Bien que l’on pense que les indigènes étaient également réduits en esclavage avec les noirs (malgré qu’en Amérique du Nord, il était toujours extrêmement difficile d’asservir un indigène), il y avait aussi des propriétaires noirs d’esclaves et des tribus qui pratiquaient une forme d’emprisonnement de guerre qui comprenait pour le prisonnier un travail acharné, pour la tribu dont elle a été capturée. Alors même s’ils persistent à dire que l’Africain d’Amérique a toujours été un esclave, ils mentiront.

Lisez aussi : https://afrique-mere.com/chlordecone-empoisonnement-detat-francais/ [Afrique-Mère]

La multiplicité des guerriers africains accueillis dans la tribu est significative, comme en témoigne une série de témoignages tels que la réserve indienne de Gingaskin créée en 1640 comme terre-prison du peuple Accomac qui, en plein paradoxe de l’histoire, devint la patrie des libertés des esclaves.; dans les années 1880, certains habitants blancs de Virginie commencèrent à s’agiter à propos du régime des réserves… En 1812, on avança que : « l’endroit est désormais habité par autant de Noirs que des Indiens… de nombreuses Indiennes sont mariées à des Noirs , et probablement la majorité, des habitants sont noirs ou ont du sang noir… les vrais Indiens [sont peu]. » La réserve a été divisée (assignée) en 1813 et 1832 entre les blancs, qui ont acquis la plupart des terres.

L’esclavage et l’impérialisme en Amérique : L’interaction entre Africains et Amérindiens

L’interaction entre Africains et Amérindiens a commencé avant même l’arrivée des Européens dans les Amériques. Les Africains ont atteint les côtes continentales en tant que commerçants bien avant l’arrivée des Européens : En 1975, 2 squelettes africains ont été trouvés dans les îles Vierges américaines, l’un d’eux portait un bracelet indien précolombien, les deux ont été trouvés dans des strates datées d’environ 1250. En 1974, des craniologues polonais ont révélé que pas moins de 13,5 % des squelettes du cimetière précolombien olmèque de Tlatilco étaient africains. Avec l’arrivée du reste du monde en Amérique, les indigènes ont été réduits en esclavage avec les noirs et ont souvent fui vers les villages qui les accueillaient ; certaines tribus ont été encouragées par les Britanniques eux-mêmes à posséder des esclaves noirs : les Cherokee, Chickasaw, Choctaw, Creeks et Seminole.

Lisez aussi : https://afrique-mere.com/le-pouvoir-de-la-terre-contre-celui-de-la-mer/ [Afrique-Mère]

Le Creek accordait la liberté aux esclaves lorsqu’ils se mariaient, le mariage était autorisé et encouragé, et les enfants étaient considérés comme libres. De la part des Européens, il y a toujours eu une peur du mélange Noir / Indien, car il y avait des exemples d’Africains et d’Indiens se joignant à la résistance armée contre les Européens. Un officier britannique avait prévenu : « Leur mélange doit être évité autant que possible ». En 1751, la loi de la Caroline du Sud stipulait : « Transporter des Noirs parmi les Indiens est toujours considéré comme nuisible, donc l’intimité doit être évitée ». Une dépêche coloniale française du XVIe siècle déclarait également « Nous ne pouvons pas creuser un gouffre trop profond entre les races. » Au XIXe siècle, un certain nombre de Séminoles de haut rang ont épousé des femmes noires :

Le Chef Osceola.

Le chef Osceola était l’une d’entre elles. Les gardes du corps étaient noirs. Le roi Philip Seminole avait également un fils noir John Philip, demi-frère du chef Wild Cat. Le roi Philip, le chef Osceola et le chat sauvage étaient des personnages clés de la seconde guerre séminole entre les États-Unis et la nation séminole. Généraux dans les différentes relations ont souligné la dangerosité de l’entente entre les deux peuples. En racontant ces faits il est étrange de voir comment la cause rouge et noire a perdu. En realité les guerriers indigènes, surtout à la fin des guerres indiennes, n’ont pas été vaincus , les Cheyenne de Morning Star, les Lakota Hunkapapa de Seated Bull et les Oglala de Crazy Horse, les Apache de Geronimo, les Modoc de Kintumpash n’ont jamais été vaincus.

La victoire de l’impérialisme en Amérique fut la défaite pour l’humanité

La défaite est survenue lorsque les Américains ont fait quelque chose d’impensable pour les autochtones: Ils ont exploité les ressources naturelles, épuisant celles dont disposaient les autochtones et les rendant dépendants du gouvernement américain, mais la vérité est que sur tous les autres fronts, ce dernièr a perdu, même sur un plan argumentatif, les chefs tribaux âgés gagnaient facilement des discussions avec des intellectuels blancs. La culture indigène était gigantesque par rapport au trou noir culturel qui caractérisait et caractérise les États-Unis. Malgré l’extrême violence exercée par les américains, elle ne l’a jamais été assez. La seule victoire a été celle de l’impérialisme du système technologique industriel, mais elle a représenté une défaite pour l’ensemble de l’humanité.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.